VIH/SIDA : Les nouvelles infections passent de 4 428 à 1 427

En cette période de pandémie de la Covid-19, le Conseil national de lutte contre le Sida a publié son rapport 2019, en collaboration de l’Onusida. Une nette baisse des nouvelles infections est constatée.

Le nouveau rapport du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), s’appuyant sur des données de l’Onusida, a montré que les nouvelles infections de Vih/Sida ont connu une baisse drastique entre 2005 et 2019, passant de 4.428 à 1.427. Ce qui représente une baisse de 67,7 % au Sénégal. Ce rapport a démontré également que l’épidémie de Sida au Sénégal est de type « concentré », avec une prévalence basse chez la population âgée de 15 à 49 ans, qui s’établit à 0,5 %. À cet effet, cette prévalence est très élevée dans certaines franges de la population (professionnelles du sexe, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, usagers de drogue injectables, etc.) et localités, renseigne le rapport. Le document souligne aussi que la contamination continue à se faire essentiellement par voie sexuelle, alors que les nouvelles infections touchant la catégorie des individus âgés de 25 ans et plus est de 22,5 %. Elle est de 14,4 % chez les personnes âgées de 15 à 24 ans. Par ailleurs, chez les femmes professionnelles du sexe, la prévalence du Vih/Sida connait également une baisse régulière, passant de 18,5 % en 2010 à 6,6 % en 2015, puis à 5,8 % en 2019, fait savoir la même source. Pour les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes par contre, le rapport signale que le taux de prévalence est passé de 17,8 % en 2014 à 27,6 % en 2017.

Les régions du sud les plus touchées

Dans la répartition du taux de prévalence,  des disparités énormes sont constatées selon les régions. Bien que Kolda et Ziguinchor viennent occupent la première place avec un taux de 1,5 %. Elles sont suivies de Kaffrine (0,9 %), Tambacounda (0,8 %), Kédougou (0,6%). Ces régions présentent en outre, des taux de prévalence supérieurs à la moyenne nationale. Ce document indique également qu’au Sénégal, 0,5 % des femmes et 0,4 % des hommes de 15 à 49 ans sont positifs au Vih/Sida. Pour les séropositifs, le rapport a montré aussi que le pourcentage de femmes et d’hommes a augmenté avec l’âge, même si chez les femmes, le taux de prévalence est plus faible pour les moins de 20 ans. Mais, elle augmente avec l’âge pour atteindre un maximum de 1,2 % chez les 45à 49 ans. Pour les hommes, le pourcentage de séropositifs est plus élevé (1,5%) chez la tranche d’âge de 40 à 44 ans. Tandis que le taux de prévalence chez les femmes professionnelles du sexe connait une baisse régulière. Il est passé en effet, de 18,5 % en 2010 à 6,6 % en 2015, puis à 5,8 % en 2019.

Related posts

Leave a Comment