MACKY SALL SUR SON ALLIANCE AVEC IDRISSA SECK : « Quel est le président qui ne voudrait pas prendre le candidat arrivé deuxième après lui ? »

Macky Sall a manifesté sa satisfaction de faire équipe avec le président de Rewmi, Idrissa Seck. Une alliance dit-il qui est le résultat d’un dialogue des « hommes forts ».

 « Quel est le président qui ne voudrait pas prendre avec lui le candidat arrivé deuxième après lui ? Cela nous fait 85% de l’électorat», s’est félicité Macky Sall. Le Président de la République a fait savoir que son alliance avec Idrissa Seck, est le résultat du dialogue « arme des hommes forts ».  Il compte poursuivre sa lancée en déclarant : « j’essaie de faire la même chose avec les autres candidats de l’opposition avec qui je suis toujours en discussion ». Le Chef de l’Etat s’est exprimé hier en marge de la cérémonie de remise du Prix Macky Sall pour Dialogue en Afrique qui s’est tenu au Musée des Civilisations noirs à Dakar.

 «Le dialogue pour moi ce n’est pas une question de politique politicienne, c’est une question de ré réalisme » soutient-il. Et de poursuivre : « Il faut que l’on soit conscient des défis qui nous guettent. Nous sommes aujourd’hui face au terrorisme en Afrique et particulièrement dans la région du sahel aux portes du Sénégal, nous avons également le péril de la gestion des ressources naturelles qui nécessitent une stabilité. Donc pourquoi nous ne devons pas être ensemble pour conduire ensemble les destinés de notre pays », se demande-t-il.

Pour Macky Sall, il faut du courage pour dialoguer. « Je pense que le dialogue est l’arme des forts. C’est un mécanisme permanent de gouvernance à tous les niveaux », soutient-il. C’est la raison pour laquelle dit-il, malgré qu’il ait été élu de « façon brillante » avec « une majorité confortable » à l’assemblée nationale, le chef de l’Etat a invité l’ensemble des forces vives au dialogue quand il y a eu des critiques sur le processus électoral.  « Sur les 27 points les 25 ont connu un consensus totale », rappelle le chef de l’Etat qui répète, concernant l’un des deux points restant que sa position n’a jamais variée. « Un président doit être politique avant tout. Un Président de la République n’est pas un putschiste. On n’arrive pas au pouvoir par les armes, on y arrive par la dissuasion la politique le contact avec les citoyens. Alors dire à celui-là de rompre et de couper la chaise sur laquelle il est assis, cela n’a pas de sens », a laissé entendre Macky Sall.

Related posts

Leave a Comment