La transition énergétique du Sénégal est une référence en Afrique de l’Ouest

Le Sénégal prend des mesures concrètes pour s’éloigner du fioul lourd et du charbon et se diriger vers le solaire et l’éolien, tout en accroissant ses capacités de production électrique. En matière d’énergie, le Sénégal donne le ton dans la région, et fixe un objectif ambitieux d’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025. Explorons comment ce pays s’y prend pour atteindre ses ambitions.

Géographiquement, le Sénégal est le pays le plus occidental de l’Afrique continentale, pointant vers l’Atlantique. Plus de 60% de la population sénégalaise a accès à l’électricité. C’est l’un des taux d’accès les plus élevés d’Afrique de l’Ouest. Presque tous les citadins ont accès à l’énergie, mais l’électrification rurale est à la traîne : il y a encore 1,1 million de foyers dans le pays sans électricité.

Dans la poursuite de son objectif d’accès universel, le gouvernement sénégalais envisage un réseau moderne, fiable et diversifié. D’ici 2030, il entend porter sa capacité de production à 2,5 GW, avec une plus grande prédominance du gaz naturel et au moins 30 % d’énergies renouvelables.

Le Sénégal a la bonne combinaison de facteurs pour atteindre cet objectif pionnier, et un avantage majeur sur les pays voisins grâce à un cadre réglementaire qui favorise un mix énergétique et la quasi-libéralisation de la production avec l’entrée de producteurs indépendants.

 

Parier sur les énergies renouvelables

 
Selon les données de la Banque mondiale, l'année dernière, près de 80% de la capacité du réseau de 940 MW au Sénégal était constituée de fioul lourd (67%) et de charbon (12%), avec du solaire (12%) et de l'hydroélectricité importée (9%) représentant le reste. 
 
Dans la poursuite de son objectif de 30% d’énergies renouvelables d’ici 2030, le Sénégal investit dans le solaire pour profiter de la lumière solaire abondante du pays. En 2015, le solaire ne représentait que 0,4% du mix énergétique du Sénégal, mais avec la construction de cinq centrales solaires d'une puissance totale de 120 MW en 2016-2017, ce nombre est passé à 12% en 2018. Avec deux autres centrales solaires de 30 MW en phase de planification, cette tendance devrait se poursuivre.
 
Le Sénégal exploitera également bientôt des vents de plus de 6 mètres/seconde lors de l'ouverture du plus grand parc éolien d'Afrique de l'Ouest en 2020. Développée par la société néerlandaise des énergies renouvelables Lekela Power, la ferme de 46 turbines de Taiba N’Diaye devrait produire 158,7 MW à partir de l’année prochaine, fournissant de l’énergie à plus de deux millions de personnes, et représentant 15% du mix énergétique du Sénégal. Parallèlement, des projets sont en cours sur les fleuves Gambie et Sénégal pour augmenter la part de l'hydroélectricité dans la production d'énergie de 81 MW en 2017 à 256 MW en 2020.

Réduire les coûts et stimuler l’électrification

 
Les récentes découvertes de vastes réserves de pétrole et de gaz au large des côtes sénégalaises permettront non seulement au Sénégal d'éliminer le charbon, et de développer davantage d'énergies renouvelables à travers la conversion au gaz des unités de production existantes, mais également de réduire considérablement les coûts énergétiques du Sénégal car le pays n'aura plus besoin d'importer de HFO (Fioul lourd) coûteux. Senelec - le service public d'État du Sénégal, qui détient environ 50% de la capacité de production du Sénégal et achète également la production de producteurs d'électricité indépendants (IPP) - peut utiliser ces économies pour maintenir les prix de l'énergie bas et stables pour les consommateurs.
 
Le Sénégal est un chef de file en Afrique de l'Ouest pour sa stabilité et sa bonne planification énergétique. Le pays a des sites très favorables à la production d'énergie et, en tant que pays stable, il y a moins de risques pour les investisseurs étrangers.
Le Sénégal a été l'un des premiers pays subsahariens à ouvrir la production d'électricité au secteur privé dans les années 90. Depuis lors, une série de politiques réglementaires favorables - telles que les concessions régionales et les programmes de licences - ont encouragé la production d'énergie privée, en particulier dans les zones rurales. Des entreprises privées construisent des micro-réseaux solaires et des fournisseurs d'énergie solaire hors réseau, comme Oolu Solar, fournissent des systèmes solaires domestiques fiables et abordables directement aux ménages éloignés. La décentralisation de l'énergie grâce aux mini-réseaux devient une réalité grâce aux énergies renouvelables.

Le Sénégal montre l’exemple


Wärtsilä est opérationnel au Sénégal depuis 1996 et environ 40% de la production nationale d'énergie est fournie par les centrales de Wärtsilä. De la gestion et de l'exploitation des usines de Senelec à la fourniture d'équipements et de services aux fabricants privés, les solutions intelligentes de Wärtsilä, telles que la centrale Flexicycle de 130MW à Mbour, contribuent à améliorer l'efficacité de la production, de la distribution et de l'intégration des sources d'énergie du Sénégal. Par ailleurs, le Sénégal a placé la production d'énergie et l'accès universel à l'énergie au cœur de son programme phare de développement - le Plan pour un Sénégal émergent (PSE) - qui établit une vision simple, des objectifs spécifiques et une stratégie cohérente.
 
De l'augmentation de la capacité de production à la création d'une gamme de nouvelles opportunités d'emploi, l'accent mis par le Sénégal sur les énergies renouvelables commence à porter ses fruits. La plupart des prévisions indiquent que le pays atteindra son objectif de 30% d'énergies renouvelables avant l'échéance cible. La réalisation de l'accès universel, en particulier dans les zones rurales, est plus difficile, mais le Sénégal essaie différentes méthodes pour augmenter les chiffres tout en se concentrant sur les énergies renouvelables, y compris les concessions rurales et les programmes de licence, le déploiement de l'énergie solaire hors réseau et la réduction des coûts du réseau.
 
D'autres pays peuvent apprendre du Sénégal en reproduisant l'engagement et la vision du gouvernement sur la façon dont il souhaite que le marché se développe. Plus largement, les gouvernements devraient chercher à refléter avec fierté les projets renouvelables réussis à travers l'Afrique. Bien que chaque pays ait son propre cadre, si la technologie a été essayée et testée ailleurs, nous ne voyons aucune raison pour laquelle cela ne puisse pas être utilisé comme modèle.
 

Par Ousseynou Ndiaye, directeur des Opérations régionales Wärtsilä, Afrique de l’Ouest et du Nord

Related posts

Leave a Comment