CONSEQUENCE DE LA COVID-19 : Plus de 90% des entreprises industrielles écoulent leur production sur le marché local

L’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (Ansd), dans son enquête : « Impact Covid-19 dans l’industrie-Novembre 2020 », estime que plus de 90% des entreprises industrielles écoulent leur production sur le marché local.

« Le Sénégal est le principal destinataire de la production industrielle en 2019 comme en 2020. En effet, plus de 90% des entreprises industrielles écoulent leur production sur le marché local. Toutefois, moins de 10% d’entre elles orientent leur production vers l’Asie, l’Amérique, et les autres pays d’Afrique hors Cedeao », souligne l’Ansd.

Concernant les stocks de produits finis, l’Ansd souligne que les résultats de l’étude révèlent que 70,0% des entreprises industrielles disposent de stocks de produits finis. Et toutefois, il convient de noter que dans l’ensemble ces stocks ne peuvent faire face à la demande que pour deux mois en moyenne.

« Quelle que soit la sous branche d’activités considérée, les entreprises ne peuvent pas faire face à la demande pendant plus de quatre mois en moyenne », explique l’Ansd.

Toujours d’après la source, les principales raisons évoquées par les entreprises qui ne disposent pas de stocks de produits finis sont relatives aux difficultés d’approvisionnement, la baisse de la clientèle et aux insuffisances de matières premières.

Et le document de rajouter : «La principale difficulté rencontrée par les entreprises industrielles, en liaison avec la pandémie, est la baisse du chiffre d’affaires (45,0%). Cette contrainte est suivie par la diminution des commandes (12,5%), les difficultés de trésorerie (11,3%), les problèmes d’approvisionnement en matières premières (10,0%) et la perturbation de l’organisation de travail (10,0%) ».

Stocks de matières premières pour 60% des entreprises industrielles

« L’Enquête Covid-19 Industrie (Eci) permet de constater que plus de 60% des entreprises industrielles disposent de stocks de matières premières. Toutefois, il est important de préciser que, dans l’ensemble, ces stocks de matières premières ne permettent de couvrir que quatre mois de production en moyenne. Cette période est beaucoup plus large dans les industries extractives (8 mois), et de production d’électricité et d’eau (6 mois). Elle est, en revanche, d’un mois en moyenne pour les industries du bois et du cuir », renseigne le document.

D’après la source, les difficultés financières (14,3%) et les effets induits par la Covid-19 (14,3%), notamment les difficultés d’approvisionnement liées à la situation sanitaire en Chine et les retards des bateaux, sont les principales raisons évoquées par les entreprises industrielles qui ne disposent pas de stocks de matières premières. Et celles-ci sont également les plus évoquées dans toutes les sous branches d’activités concernées hormis les industries métalliques où la baisse de la clientèle (50,0%) constitue la principale raison.

Approvisionnement local en matières premières de plus de 80% des entreprises

« S’agissant de l’origine des matières premières, la plupart des entreprises interrogées ont souligné s’approvisionner localement (plus de 80% des entreprises industrielles en 2019 et en 2020). En revanche, une frange importante a continué à importer des intrants en l’Europe (40,0% en 2019 et 35,0% en 2020) et en Asie (26,0% en 2019 et 25,3% en 2020) », note le document.

Toujours d’après la source, peu d’unités industrielles achètent leurs consommations intermédiaires auprès des pays africains hors Cedeao (3,8% en 2019 et 2020). Et force est de constater que les proportions des fournisseurs sénégalais et ceux de l’espace Cedeao se sont nettement améliorées entre 2019 et 2020 au détriment de celles des fournisseurs européens et asiatiques.

« Cette situation pourrait s’expliquer par les mesures prises par les gouvernements pour limiter la propagation de la Covid-19 notamment la fermeture des frontières aériennes, terrestres et maritimes », précise-t-on dans le document.

Related posts

Leave a Comment