Bradage du littoral et de la bande des Filaos : Racine Talla prend la défense de ses mentors

Les questions de bradage supposé ou réel du foncier surtout d’occupation du littoral défraient la chronique ces derniers jours au Sénégal. De gros bonnets sont cités dans ce scandale. Ce qui a permis à Racine talla, maire de Wakhinane Nimzatt, et Directeur de la Rts, de prendre la défense de ses mentors du gouvernement, tout en plaidant pour la mise en place de projets d’intérêt publics dans la bande des filaos qui ont épuisé leur espérance de vie.

Les gens qui parlent du littoral ne voient pas ce qui se passe à Guédiawaye. On n’a pas de marché, ni de stade municipal, il n’y a pas d’école publique, il n’y a pas de centres de formation, et vous voulez que l’on regarde le littoral et faire l’impasse sur ces projets. Nous demandons le déclassement de la bande des filaos, non pas pour construire des maisons ou pour vendre des parcelles, mais plutôt pour y ériger des infrastructures d’intérêt public qui n’ont de place nulle par ailleurs. Ce plaidoyer est du maire de Wakhinane Nimzatt, Racine Talla, Directeur de la Rts. Selon lui, il n’y a quasiment plus de filaos dans cette bande. Ils ont atteint ou épuisé leur espérance de vie. « Ce sont même, les ingénieurs forestiers qui le disent », révèle-t-il. M. Talla s’exprimait en marge de la visite de chantier du projet pilote de Bus Rapid Transit (Brt) par le ministre des Infrastructures Oumar Youm, où il a fait part que les travaux avancent très bien. 

« Il n’y a pas eu de plan de reboisement pour les filaos. Pour ce qui en reste des filaos rasés, il importe aujourd’hui de déclasser cette bande là pour qu’on puisse y mettre des projets d’intérêt public », a-t-il défendu. Avant d’ajouter : « Il y a une confusion savamment entretenue entre valorisation du littoral au bénéfice  des populations dans le respect des normes environnementales ». 

Pour ce dernier Wakhinane Nimzatt ne peut plus s’étendre ni par l’est, ni par l’ouest, mais simplement à partir de la bande des filaos. Raison pour laquelle, les maires des différentes quatre communes concernées  de Guédiawaye en relation avec le maire de ville ont proposé un plan d’aménagement qui est voté à l’unanimité. Et il ne reste plus maintenant que l’approbation du préfet pour que le président de la République  puisse prendre le décret qui déclasse cette partie pour que des projets structurants puissent y être installés. Parce que, dit-il, « aujourd’hui, il s’agit plutôt d’aménager et  d’avoir un plan d’aménagement qui concerne la partie qui longe la mer par delà le pont et par delà la Vdn ».

Il a annoncé par ailleurs qu’il y a des filaos qui ont été rasés dans un passé récent et des coopératives en ont bénéficié d’hectares pour y installer leur cité. Raison de plus dira-t-il, qu’«  on ne voit pas pourquoi ce processus ne va continuer ». 

Parlant d’un éventuel risque avec le bradage de la bande des filaos, ce dernier de préciser que ces questions de risque de l’avancée de la mer avec le bradage de la bande des filaos sont dépassées. « Au-delà de la route, il y a un projet du ministère de l’Environnement qui compte y ériger un rideau d’arbres constitué de cocotiers. », a-t-il fait savoir.

Related posts

Leave a Comment